Le Secret maçonnique

Publié le 11 Juin 2014

Le " Secret maçonnique" peut-il être associé avec le "Mot" qui se transmet du Président de la Loge aux Surveillants, ou l'inverse (les deux façons de faire se rencontrent quoique la première me semble plus correcte, car la lumière se répand d'est en ouest, nous apprennent les vieux rituels), anciennement via les Diacres?  Il me semble que oui!

 

Lorsque le « mot » est transmis, la Loge est déclarée «Juste et Parfaite », moment important qui permet l'ouverture des travaux. Magie de la confiance que se portent les membres d'une loge !

 

 

Mais qui mieux que Joseph Uriot pour en parler !

Homme de théâtre et de lettre, jouant notamment des pièces de Voltaire, il s'est rendu célèbre par son « Discours », qu'il reprendra dans plusieurs écrits.

 

Et qui est ce Joseph Uriot ? Il est né à Nancy en 1713 et meurt à Stuttgart en 1788.

La Lorraine n'était pas encore française à cette époque; bien plus, elle était encore à la famille des duc de Lorraine et de Bar. Ce sera la Pragmatique Sanction en 1738 qui enlèvera le duché à cette famille, en contrepartie du mariage de François de Lorraine avec la future Impératrice-Reine Marie-Thérèse.

 

Joseph Uriot voyagera beaucoup, en Allemagne, dans les Pays-Bas autrichiens, en Bavière, en France, ...

 

Ce fut un propagateur infatigable des Lumières françaises dans l'espace germanique. Il croyait en l'universalité de la maçonnerie et de ses valeurs, il entendait les partager. Mais en même temps, son amour pour sa belle le rendait sensible aux besoins financiers ... (François Labbé. Cupidon en Loge : Joseph Uriot et sa Lettre d'un franc-maçon (1742). In Chroniques d'Histoire Maçonnique, n°79, 2016-7.)

 

Il se trouvait à Francfort en début 1742, lors de la Diète qui consacra empereur, Charles VII , un Wittelsbach (Bavière). Le futur duc de Belle Isle, meneur du mouvement anti-habsbourgeois et représentant de Louis XV, avait entrainé dans son sillage nombre de personnalités. Nous sommes dans la guerre de succession d'Autriche. S'y rencontraient également, à cette nouvelle loge « Union » de Francfort sur le Maine, outre Uriot, des personnalités d'horizon très différentes, beaucoup de diplomates, ainsi que, par exemple, le marquis de la Tierce, auteur de la traduction des constitutions de la Grande Loge de Londres, etc.

 

Il va prononcer un discours à cette loge "Union" qui fut tellement apprécié que la Loge décida de le publier : « Lettre d'un Franc-Maçon à Mr. de Vaux », à Francfort sur le Meyn, MDCC XLII.

 

Il y parle du secret maçonnique d'une belle manière :

 

« Vous voyez bien que je parle de ce secret inviolable qui indispose tant de gens contre nous ; je vous avoue qu'il n'est pas la principale de nos obligations, mais enfin c'en est une, & nous devons satisfaire à toutes également. Voilà pourquoy nos Mistéres n'ont jamais été & ne seront certainement jamais révélés.

Toujours attentif à remplir cet engagement, le Maçon ne se trahit point, & s'il est quelquefois trompé par des faux Fréres, il trouve dans les instructions qu'il a reçuës de quoi n'être pas duppe longtems; son erreur ne tire point à conséquence, son secret demeure entier, & il ne reste au Fourbe qui vouloit le séduire que la honte de se voir arracher le masque qui le déguisoit.

En quelle estime ne devroit pas être une discrétion portée aussi loin ? Sans cette vertu, les liens qui unissent les hommes pourroient-ils subsister un moment ? Elle donne naissance à toutes les autres, elle les perfectionne, ou du moins elle les rassemble & les entraîne toutes après elle ; C'est ce que Juvenal a voulu nous apprendre sur la fin de sa dixiéme satire ;

 

Nullum Numen abest, si sit Prudentia*

 

Le Religion et l'État n'auroient pas été si souvent la proye des révolutions les plus sanglantes si ceux qui les gouvernoient eussent connu & pratiqué comme les Maçons cette vertu dont on leur fait un crime.

Vous me demanderez sans doute de quelle utilité peut être le mistère d'une chose qui vrai-semblablement n'est rien en elle-même, & dont la connaissance ne peut selon vos conjectures faire aucun tort à la Maçonnerie. Je vais vous satisfaire, & vous désabuser en même tems. »

 

 

*Je vous propose cette traduction : « Aucune Lumière n'est absente, si la Prudence est présente».

 

Numen Lumen

 

 

Voilà une belle façon, pour moi, de parler du Secret maçonnique, comme d'un "Signe", un "Mot", un "Nom", un "Destin" (proposition de Voltaire), une "Lumière", ... , je ne sais si vous la partagez mais vous pouvez partager !

 

 

 

 

 

D'autres essais :

 

http://yakabd.over-blog.com/2014/06/le-secret-maconnique.html

 

http://www.souslavouteetoilee.org/2014/06/communication-et-franc-maconnerie-le-secret-maconnique.html

 

http://frangine59460.blogspot.be/2014/06/poesie-maconnique-le-grand-secret.html

 

http://freemasonry.fr/index.php/beth-desachel/100-secretmaconnique

 

http://lamaconne.over-blog.com/2014/06/l-alpha-et-l-omega-du-secret-maconnique.html

 

http://www.humourdesparvis.com/archives/2014/06/13/30065291.html

 

http://www.delartoudumacon.com/2014/06/secret-maconnique.html

 

http://rflexionssurtroispoints.blogspot.fr/2014/06/le-secret-maconnique.html

 

 

Le Secret maçonnique

Rédigé par Christophe

Commenter cet article

La Maçonne 12/06/2014 18:09

Très beau partage!
Mercu