2012, le piège ... 2014, se fermerait-il ?

Publié le 12 Novembre 2012

Moi qui croyait naïvement être quitte de réaliser une nouvelle page concernant cette RPMF/RPME.

Patratas, voilà que la Maçonne divulgue un document interne de la GLdF vraiment important.

 

 

Introduction

 

Ce document interne émane d'une réunion du Conseil fédéral de la GLdF. Il s'agit d'un compte-rendu analytique daté du 10 juillet 2014. Il n'aurait été rédigé que le 25 septembre, et mis en ligne fin octobre ?

 

Nous devons noter que l'affaire Ar Vreur date de la même époque :

  • Le 13 septembre « La Maçonne » publie un appel de la Loge Ar Vreur aux autres Loges de la GLdF.

  • Le 28 septembre « La Voute étoilée » mentionne des pressions faites sur les membres de la loge pour que ceux coupables de cet appel soient dénoncés.

  • Et nous avons enfin la visite des officiels de la GLdF en date du 27 octobre.

 

Coïncidence ou intentionnalité ?

La question serait donc : est-ce une fuite documentaire voulue ou non voulue par la majorité de ce Conseil fédéral?

 

Le document proposé est très riche d'enseignement. Merci.

 

 

L'histoire montrera sans doute, au bout du processus, que ces 5 GL continentales, auteures de l'appel de Bâle, ont lié, sans s'en rendre compte, leur sort à la GLdF, se coupant progressivement des autres GL "régulières à l'anglaise". Et l'inverse est vrai aussi. Les liens seront bien difficiles à défaire, mais il y a urgence.

Ensemble elles ont nettement moins de poids que la GLdF. Ont-elles les moyens de leur actions ?
La réponse est non: une reconnaissance par elles de la CMF signifie pour chacune d'entre elles des mouvements de fractures internes. Il est certain, par exemple, que pour la GLRB, un grand nombre de membres sont viscéralement attachés aux GL britanniques ou même américaines et qu'il n'est pas question pour eux de perdre ces liens, à aucun prix.

 

Le rappel à l'ordre de la GLUA fut sévère. Et je serais étonné que cela soit resté sans effet sur une GLRB, très dépendante dans les faits, qui se nourrit de maçons et de loges issues de l'OTAN (américains) et de l'Europe (anglais et autres).

Si on ne prend pas en compte cette dimension qui, à la fois, rend la GLRB plus importante que ce que le chiffre de ses membres ne laisse penser, mais aussi plus liée à la régularité à l'anglaise que ce que l'on croit en France, on ne peut comprendre l'aspect schizophrénique de sa position.

Car, à cette dimension anglo-saxonne indéniable, cette Grande Loge se trouve prise dans la toile de la RPMF, ayant accueilli des ex-GLNF qui sont souvent également membres de la GL-AMF.

Et que, retour de balancier, nombre de ses membres ont repris le chemin de liens directs avec la GLNF!

 

Mais il y a une chose de sûre, que la GLdF n'a pas encore bien comprise: je me répète, jamais la GLRB ne s'éloignera de la GLUA.

Les considérations vis-à-vis des "5" continentales vont donc faire mal chez ces petites obédiences qui, comme la grenouille, ont voulu se faire aussi grosse que le boeuf.

 

L'interview du GM de la GLNF, paru dans Franc-Maçonnerie magazine n°36 décembre-janvier 2014-15, met cruellement en perspective certaines évidences, par exemple : "Malgré les liens courtois avec les cinq grandes loges européennes citées, je considère qu'elles n'ont pas à s'adresser directement aux frères de la GLNF et dans un curieux racourci les inviter à quelques solutions que ce soit sur le plan international."

 

Bref, cette "affaire" déstabilise les obédiences qui y sont impliquées.

C'est donc un avis de tempête qui s'annonce dans leur propre obédience avec ce type de document.

 

 

 

Mais revenons en arrière

 

Depuis deux ans bien sonnés, la ligne était tracée!

Nous étions encore en pleine tourmente GLNF. L'appel de Bâle venait d'avoir lieu (10-6-2012), Alain-Noël Dubart (2009-2011) était descendu de charge et Marc Henry avait repris le flambeau de GM de la GLdF.

Marc Henry accepte une interview avec FM-Magazine qui est publiée dans le n°18 de septembre-octobre 2012. Voici ce qu'il nous dit :

  • Les négociations avec les "5" ont été menée par son prédécesseur.

  • Sa politique sera dans la continuité de ses prédécesseurs.

  • Les liens avec les autres obédiences? Ténues.

  • Concurrence avec le GOdF ? En fait, nous explique-t-il, il n'y a pas concurrence car il n'y a pas de point de concurrence. (en d'autres termes, nous sommes tellement différents ???).

  • Les rapports avec la GLNF. Aucune compassion pour cette obédience et ceux qui la composent. Mais s'ils veulent rejoindre la GLdF, bras ouvert. D'ailleurs son prédécesseur Dubart a fait le nécessaire pour cela.

  • Déclaration de Bâle? Réjouissance! Cela démontre la qualité des membres et travaux de la GLdF.

 

Rupture avec le GOdF? c'est une déclaration d'antologie, donc je cite !

Question : « Entamer un tel processus n'est pourtant pas sans conséquence. Ce sont des obédiences régulières qui prévoient en outre dans leur mode de fonctionnement de rompre toute relation avec les obédiences dites régulières ... »

Réponse : « J'ignore ce que cela signifie sauf à faire une référence primaire à la Grande Loge Unie d'Angleterre. Mais nous n'avons jamais eu le sentiment d'être irréguliers. Nous avons les mêmes landmarks, que nous respectons. Quant aux liens avec les autres obédiences, il y a sans doute, peut-être un modèle innovant à trouver. Mais il est trop tôt à ce stade pour en parler ... »


Il faut remettre cela en comparaison avec l'interview d'Alain Juillet, son partenaire de la CMF, paru dans le numéro précédent, n°17. Notamment: "Mais notre objectif est que la GL-AMF soit reconnue comme régulière. Pour obtenir cette reconnaissance dans le système de la maçonnerie régulière de l'Angleterre, il est nécessaire de respecter un certain nombre de règles." ou "En définitive la GLNF est en train d'éclater. Ceux qui sont restés en pensant, contrairement à nous, que le changement est possible vont devoir en tirer les conséquences: se plier, en acceptant le système, ou bien partir."

Voilà ce qu'ils disaient il y a deux ans ... depuis ?


Nous sommes aujourd'hui dans la droite ligne de cette interview lénifiante mais où le principal était déjà dit. Il n'y avait en fait aucune naïveté dans les paroles de Marc Henry qui avait mené les négociations avec ses deux prédécesseurs bien avant l'appel de Bâle, appel qui n'en était en fait qu'une résultante. Ce n'était évidemment pas tombé du ciel!

Et c'est bien la recherche de la reconnaissance de Londres, à la place de la GLNF, qui était poursuivie par la mise en place de la CMF, comme le confirme , sur le blog "La Lumière" de François Koch, si besoin en était, Roger Dachez qui fut des premières négociations (Table ronde lors du 12è salon maçonnique du livre à Paris, le 16 novembre 2014). A voir également les commentaires à cet article de A Bernheim, R Dachez et F Koch qui sont parfaitement éclairant sur la manière dont les choses se sont passées.


Ce qui a changé aujourd'hui: c'est simplement le rétablissement de la GLNF. Le « nouveau modèle » des relations avec les obédiences libérales devait être radical dans les faits, ce n'est aujourd'hui plus possible. Marc Henry, le TRGM, nous l'explique ainsi : «il y a deux manières de fermer une porte ''soit on la ferme doucement et cela prend du temps et un jour on entend la clenche qui fait clic et la porte est fermée, soit on la claque violemment et là tout le monde sait que nous avons fermé une porte. Je ne pense pas que le deuxième solution soit la bonne.'' (cf le document) »

C'est pourquoi la GLdF se traîne en ambiguïté car le vide créé par l’éclatement de la GLNF s'est à nouveau rempli ... par la GLNF grâce à l'action énergique des membres de cette obédience puissamment soutenue par la GLUA. J'ai toujours pensé que les liens entre ces deux obédiences étaient historiquement très forts et surmonteraient la chute temporaire de la première.
 

 

Que retenir du document mis en ligne par la Maçonne ? Je reporte le lecteur intéressé vers les bonnes analyses de la Maçonne et ici, ainsi que de la Voûte Étoilée, ici et ici.

Dans ce dernier article, la Voûte Étoilée nous propose la lecture d'une nouvelle circulaire de la GLdF, n°8 du 3 novembre 2014, qui ajoute à la confusion et au brouillard.

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

Le Document, 10 juillet 2014, extraits

 

Il s'agit donc de la relation d'une réunion du Conseil fédéral de la GLdF du 10 juillet 2014, ce document fut rédigé le 25 septembre suivant et mis en ligne sur l'intranet de la GLdF fin octobre 2014.

 

Je retiendrai ces quelques paragraphes du document mis bout-à-bout :

 

Le TRGM rappelle le fond de la question : « est-ce que nous voulons, oui ou non, inscrire la GLDF dans un autre paysage que celui dans lequel elle est aujourd'hui, qui était hier celui de la maçonnerie dite française. Quelle est notre véritable identité, que faisons-nous à la Grande Loge de France, sommes-nous une maçonnerie initiatique ? Et précisons ce que cela veut dire jusque dans nos Règlements Généraux. Qu'est-ce une tenue ? Quelles règles nous donnons-nous à nous mêmes ? Je sais que les 5, qui attendent depuis 2 ans notre réponse ont prévu de se réunir fin juillet. »

 

Le TRF D se demande pourquoi, il faut rajouter, à nos engagements pris par serment, la phrase « les frères de la Grande Loge de France s'engagent à ne participer qu'à des tenues initiatiques ouvertes dans ce cadre » et s'oppose à cette rédaction.

Le TRGM répond qu'on ne change plus rien au consensus qui a été trouvé entre les trois obédiences de la CMF.

 

 

Le TRF J demande la parole pour constater que nous sommes dans l'ordre de la concession. Nous préparons quelque chose à envoyer aux cinq obédiences européennes en espérant qu'elle nous répondent favorablement. C'est un pari. Est-ce que, si le pari ne fonctionne pas, nous serons prêts à en refaire un autre ?

Le TRGM répond immédiatement « je ne le pense pas, en tout cas en ce qui me concerne ».

 

 

Le TRF J, Grand Chancelier, demande la parole pour dire qu'il votera le texte dans son intégralité mot pour mot pour deux raisons. « La première est que les cinq obédiences européennes voulaient un signe fort de notre part, c'est-à-dire de sortir de cette ambiguïté, nous n'étions pas assez clairs, qu'est-ce que nous avons fait ? Nous n'avons qu'affirmé que ce que nous sommes par rapport à la Franc-Maçonnerie Universelle et les principes fondamentaux de la Grande Loge de France. »

 

 

Il s'agit donc bien de déclarer officiellement l'interdiction de visite à des loges d'obédiences « irrégulières » dans le cadre d'un pari, sous couvert de CMF : c'est au centre du document.

 

MAIS, évidemment, comme le dernier Convent a également voté l'inverse (outre le maintien des discussions CMF, il a surtout voté le maintien des inter-visites tous azimuts), les contorsions en deviennent comiques.

 

Pour la direction de la GLdF, manifestement la modification de leur statut et règlements généraux est affaire de pari et non de conviction.

 

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 

 

2012-2014

 

En tout état de cause, la réaction à ce document interne du 10 juillet 2014 du Conseil fédéral de la GLdF, mis en ligne fin octobre ne s'est pas fait attendre. Le courrier du mois de novembre 2014 émanant de la GLRB et demandant des explications, semble provoquer plus que des vaguellettes au sein de ce Conseil fédéral ?

 

Car comme le fait remarquer notre ami Contremoulin, concernant le courrier de la GLRB de ce mois de novembre 2014, envoyé au GM Marc Henry: "être mis au pied du mur et sommé par une toute petite obédience, lui le Grand-Maître de la Grande Loge De France, de se ranger à cette exigence de rupture ", a quelque chose de surréaliste. Je constate que nous fabriquons des émules outre-Quiévrain!

 

Magritte gallery

 

Donc à relire cet interview de Marc Henry, d'il y a deux ans, et qui dit déjà (presque) tout, mais alors avec une voix de rossignol tout en innocence et naïveté. Aujourd'hui la voix est bien plus rauque, la machine semble petit à petit se gripper à cause de la GLNF-GLUA, mais aussi surtout, saluons leur courage, par des nombreux membres de la GLdF.

 

Ce courage est d'autant plus difficilement visible que d'autres voix, qui ont eu à souffrir des positions de la direction actuelle de la GLdF, hors GLdF, rappellent les réalités: toujours dans cet interview de JP Servel, GM de la GLNF, paru dans le Franc-maçonnerie magazine n°36 de décembre-janvier 2014-15, celui-ci rappelle ces deux évidences: les landmarks imposent la "croyance en Dieu" à laquelle la GLdF "n'est pas prête à s'y soumettre", idem pour les règles des intervisites. Il revient en outre sur la position de la GLUA déjà bien explicitée quant à la reconnaissance de plus d'une Obédience par pays.

 

 

Avec un Michel Barrat, ce n'est pas quitter la GLdF que les constestataires veulent, c'est une refondation de la GLdF sur des bases de conviction, de tolérance et de liberté absolue de conscience mises en pratique et non en paroles lancées pour la galerie dans le cadre d'un pari et d'un clic de clinche.

Mais cela renforce les positions antagonistes et creuse la fracture.

 

Sur le blog de la Maçonne, cette réflexion marquée par le bon sens: "Comme l’a dit Michel Barat devant 100 loges, ce 19 novembre : "Les choses commencent à se gâter quand l'autorité devient pouvoir".

 

Il faudra suivre avec attention l'espoir suscité par Michel Barrat d'une refondation de la GLdF, suite à sa venue en loge du 19 novembre 2014. Il avait auparavant évoqué le mot fort de scission, c'est donc pour le conjurer. Il avait remis à sa juste valeur le poids des "5" continentales et l'absence d'intérêt véritable obédientiel pour la GLdF de payer un prix astronomique pour la perspective (et seulement une perspective) de s'en rapprocher. Cela tombe aussi sous le bon sens.

 

La suite n'est qu'une péripétie. La direction de la GLdF, sentant le vent tourner, a préféré faire profil bas. Elle a tout simplement retiré in extremis le point "modification des statuts" de l'ordre du jour de l'assemblée du 13-14 novembre 2014. Ce faisant, elle prend la posture d'hiérarques, donnant de l'épaisseur au "principe de Tibi" (ci-dessous), décidant seule ce qui est bien et mal, empêchant l'expression démocratique. Mais cela permet de mettre une GLdF instable à l'abri des remous durant la trève des confiseurs.

 

Le point resurgira-t-il lors du Convent 2015?

En tout cas, cette manière de faire ne clôt pas le débat et c'est donc fort probable, mais peut-être sous un habillage un peu différent. Dès lors, que les tenants d'une ligne consensuelle avec les autres obédiences françaises ne crient pas trop tôt victoire. Tout dépendra de la réaction des sections régionales ...

 

L'histoire n'est malheureusement pas finie.

 

Et l'oiseau de mauvaise augure que je fus au mois de décembre 2014, semble avoir fait son nid, puisque c'est le candidat proche d'Alain Graesel qui a été élu nouveau Grand Maître de la GLdF ce samedi 20 juin 2015, en deux tour. La proportion des votes entre les deux candidats du second tour, chacun occupant le pôle opposé, dévoile une GLdF fracturée en deux, ce que nous soupçonnions déjà. Il s'agit de Philippe Charuel. Ceci dit, il serait dans une position qui lui permettrait de rassembler sans faire perdre la face aux partisans de la CMF. Cependant l'expérience passée nous enclin à la prudence ...

 

 

Par contre, elle semble l'être au niveau des 5" Grandes Loges continentales, auteures de l'appel de Bâle. En effet, la GLRB vient de reconnaître la GLNF en ce 17 décembre 2014, suite au retrait de dernière minute du point relatif à la modification des statuts lors de la réunion de "Grande Loge" de la GLdF. La cause à effet est assumée. Elle se sort de l'impasse dans laquelle elle s'était elle-même engagée grâce ... à la GLdF et ses atermoimements. Comme souvent, un petit trait de crayon au bon moment et hop passez muscade !!! Rétrospectivement, quel gâchis !

 

Nous l'avions oublié, mais revoilà Alain Juillet, qui devait naturellement faire un commentaire agressif et parfaitement inutile ce 17 décembre 2014, après la décision de la GLRB, tout comme il l'avait fait après la création d'un nouveau SC lié à la GLNF. Cela ne mettra pas de baume au coeur des membres de la GL-AMF, pourtant ils en auraient bien besoin durant ces périodes de fêtes 2014-15.

Tout ceci ne présageait rien de bon pour la stabilité de la GL-AMF. Et effectivement, les couteaux sont tirés entre membres. Un spectacle lamentable, en ce mois de mars 2015, nous est actuellement proposé, avec en toile de fond la déstabilisation annoncée du SCPF engagée dans une longue glissade vers l'insignifiance.

 

Après les belges de la GLRB, voici les autrichiens, également signataire de l'appel de Bâle, qui ont fait le pas en reconnaissant à nouveau la GLNF ce 15 janvier 2015.

Après les autrichiens, ce sont les allemands des Grandes Loges Unies qui ont fait le pas ce 3 février 2015. Ensuite ce fut la petite GL du Luxembourg, le 11 février 2015. En d'autres termes, Alpina a pris son temps, mais elle n'avait pas beaucoup d'autres choix que de faire le pas aussi, ce qu'elle a fait le 6 juin 2015. Ainsi se termine la partie internationale de cette histoire qui n'est certes pas à la gloire de la franc-maçonnerie.

 

 

Car nous manquons de Pierre Simon, Tort-Nougues, Jean Verdun, pour ne citer qu'eux!

 

 

Le Principe de Tibi (Jean Verdun ):

"En humanité tout finit par faire pyramide. Plus vous augmentez la richesse au sommet, tout en haut de la pyramide, plus vous élargissez son assise de misère absolue."

 

Jean Verdun. Mieux que nos pères. 2001, p 66.

 

 

Cet article est réactualisé selon les nouveaux développements, merci de rafraichir la page de temps à autre.

 

 

Article suivant.

Article précédent.

 

 

 

 

 

2012, le piège ... 2014, se fermerait-il ?

Rédigé par Christophe

Commenter cet article

joaben 12/11/2014 16:25

On peut noter que les blogs amateurs de cette ligne se déchaînent, non pas sur le fond du sujet, mais sur un fantasme d'un complot qui unirait GO, DH, GLEFU, GLNF contre la "sainte CMF".
Et il en concluent, du coup que leur CMF merite bien sa sainteté puisqu'elle est cible d'un complot ...
C'est bien ce qui est effrayant dans ce délire en mode circulaire et où ils s'auto-alimentent.
Car ce qui souleve tant de protestations (en interne à GLDF et dans les autres FM visées par ces volontés sectaires) concerne en effet toute la FM puisque impacte sur une fraternité maçonnique existante.
Les promoteurs veulent faire taire, dissimuler aux délégués GLDF les vrais enjeux de ce qu'ils votent.
Et force est de constater que les blogs ont obligé les amateurs de cette ligne religio-sectaire à se montre plus clair :
Le but reconnu est bien de rompre avec les obediences liberales : Ainsi est déclaré "violation des serments" d'aller visiter des loges feminines ou mixtes...
Pire le GM reconnait que cette etape(pourtant rejetée par le convent de 2014) n'est qu'une etape dans la FERMETURE de la porte.

Christophe 11/11/2014 14:20

C'est un petit inconvénient d'Overblog. Je ne peux disposer les articles selon l'ordre que je veux, qu'en manipulant les dates de mise en ligne. Il me semble que la précision des dates dans l'article lui-même lève toute ambiguïté.

Feudusoleil 11/11/2014 14:12

12 novembre 2012 ???