Documents 2 : 1959, extraits du discours de Richard Dupuy & relation de Henri Jullien.

Publié le 13 Janvier 2013

1/ Extraits du discours du Grand Maître Richard Dupuy de la GLdF, lors du Convent de 1959, proposant de suspendre les relations de la GLdF avec le GOdF. Le Convent votera cette suspension le 19 septembre 1959, par 171 voix contre 62. Voir également ici.

 

Publié dans le Bulletin du Centre de Documentation du GOdF, n°18 de 1959. (Nom du document: GlDF_1959_BCD_GO.pdf)

 

 

Les extraits sont, par rapport à ceux publiés par le Bulletin de 1957, présentés sans aucune introduction, sèchement.

 

Un extrait de l'extrait: "Nous portions un très lourd handicap, né de nos relations étroites, constantes et fraternelles avec le Grand Orient de France, autre obédience française, ..."

 

Le GM du GOB avait été invité au banquet clôturant ce Convent de 1959 de la GLdF, par courrier datant du 20 juillet. Il s'y rendit, et, en arrivant, la porte lui fut en quelque sorte fermée (courrier de confirmation de la GLdF du 24 septembe) : "... Décide de suspendre la correspondance, les accords et les relations obédiencielles avec lui [le GOdF]. A la suite de ce vote, le Convent a décidé que la même mesure s'appliquerait à toutes les obédiences étrangères se trouvant également en état d'irrégularité." Il fit donc demi-tour et repartit pour Bruxelles! (Cahiers du GOB 1961, n°3-4, p 72.)

 

 

 

2/ Un second document d'exception vous permettra de situer le processus, de 1945 à 1959. Il s'agit d'un document écrit à chaud par Henri Jullien, initié en 1929 à la Grande Loge de France (GLdF), ancien Grand-Maître adjoint de cette obédience, qui au sortir de la rupture avec le GOdF, quittera avec sa loge "Les Vieux Amis" de Marseille, la GLdF. Il relate l'évolution de l'obédience qu'il vient de quitter. En effet, ce document date de 1959, soit quelques semaines après son départ de la GLdF. Il est libre de dire ce qu'il a observé et vécu. Il se sent toujours membre de la GLdF, mais plus de celle qu'elle est devenue après le vote de septembre 1959. En outre, il n'y a pas ou peu de biais de mémoire, sinon une grande tristesse et certainement de l'amertume doublée d'un justificatif de ses propres choix.

Néanmoins, ce petit dossier est correctement réalisé, il est passionnant à lire, tant il éclaire différentes parties de l'histoire contemporaine maçonnique, écrite par une personne au coeur de l'action: c'est une véritable pierre pour l'histoire. (Nom du document: Henri_Jullien.pdf)

 

Un extrait: "Il n'était plus possible à la GLdF de rompre avec Luxembourg. Elle aurait pu ne pas y adhérer. Cela lui aurait permis de conserver les relations internationales, nombreuses déjà, qu'elle possédait. Elle y avait adhéré et ne pouvait plus rompre, sous peine de perdre toutes ses relations internationales, y compris celles qu'elle avait et aurait conservés sans adhérer à Luxembourg, mais qui ne pouvait se maintenir dans le cas d'une rupture avec Luxembourg."

 

Et bien sûr le problème de l'interprétation du GADLU était également au centre de la problématique à résoudre par la GLdF de cette époque, et par elle seule, et la difficulté de le faire. Cela éclaire tout à fait bien la conférence de Londres reprise dans le "Livre blanc 1960 Pays-Bas".

 

Observons que la configuration de la GLdF d'aujourd'hui est, étonnament, tout à fait semblable.

 

Article suivant.

Article précédent.

 

 

Premier document: extraits du Convent de la GLdF de 1959. Bulletin du Centre de Documentation, 1959. Archives personnelles.

Second document: relation de l'évolution de la GLdF de 1945 à 1959. Ecrit en 1959. (auto-édition). Archives personnelles.

Dessin, je crois, de Leo Campion ?

Dessin, je crois, de Leo Campion ?

Rédigé par

Commenter cet article