Synthèse ... provisoire !

Publié le 29 Novembre 2013

Des données, une synthèse ... provisoire !

 

La synthèse, suite aux données contenues dans les chapitres précédents, est assez brève !

 

De l'analyse que je peux faire, c'est un affrontement entre ceux qui se qualifient de "réguliers" qui se prépare, bien plus, se déroule sous nos yeux écarquillés (?!), sur fond de crise majeure de la FM dite "régulière à l'anglaise" liée à une diminution sans précédent des effectifs, mais aussi à la "pensée unique" anglaise. Cette crise-là sera nécessairement longue sans que l'on puisse prédire quelle en sera l'évolution. L'éclatement de la GLNF n'en serait à la fois que le révélateur et l'occasion. Les pièces du jeu (très peu fraternel) se sont mises en place.

Il ne fallait pas être grand clerc pour avancer cela, encore fallait-il le documenter et l'argumenter. C'est ce que j'ai essayé de faire!

 

Le CLIPSAS a ses défauts et ses qualités, mais il est en-dehors du jeu. Tant mieux pour lui, j'espère qu'il restera stable durant cette période qui s'annonce, et cette stabilité sera sa force.

 

Au niveau des Grandes Loges masculines, nous avons, me semble-t-il, des clivages du même type que ceux que l'on trouve entre le "bloc" GLFF et le "bloc" des Grandes Loges féminines "régulières à l'anglaise".

 

  • Ils sont déjà apparents: GLUA-GLNF ... GOdPB et une marée d'autres GL régulières à l'anglaise ;

  • En face: menée par la GLdF, nous avons la GLAMF, la GLIF-, le SCdF-et le SCPF - 5 GL continentales regulières à l'anglaise, isolées dans le concert des GL régulières à l'anglaise.

     

    Concernant les relations de la GLdF avec les Grandes Loges américaines, celles-ci ne devraient pas oublier l'épisode relativement récent de 2001-2002, lié à la reconnaissance temporaire de la GLdF par la GL du Minnesota en 2001.

    Cette GL fera marche arrière en 2002, sur la pression des autres GL américaines, c'est le moins qu'on puisse dire! La GLdF avait fait des déclarations pour obtenir sa reconnaissance par la GL du Minnesota (croyance en dieu, rupture avec le GOdF) qui se sont révélées fausses, ce que les GL américaines ne devraient pas oublier.

 

FM-fiction ? Sans doute, mais les différents petits éléments que l'on peut glaner de-ci de-là s’emboîtent bien avec une telle grille de lecture.

Et par exemple les analyses pro-GLdF (et pourquoi pas!) du blog de "Jean-Laurent" confortent en réalité cette grille de lecture. En effet, la création (balkanisation?) de multiples "petites" obédiences à partir de la GLNF, qui est en train de se resserer sur elle-même, ne sont pas des mouvements centripèdes sur la GLdF, mais bien, et à part entière, des mouvements centrifuges, qui ne partagent entre elles, qu'un objectif: récupérer la reconnaissance de Londres, perdue pour le moment par la GLNF. Elles n'ont, à mon sens, aucun autre objectif réel; en d'autres termes, on se trouve très probablement devant des positionnements de personne (on peut comprendre compte tenu des circonstances), ce qui, dans une démarche maçonnique, est étonnament court !?!

 

Ce manque de profondeur dans les liens qui unissent les obédiences de la nouvelle "confédération" trouve une réalité amère avec le départ de la LNF (Loge Nationale Française) de celle-ci, daté du 20 février 2013, départ dont les causes sont "surprenantes" (à base de révisionnisme historique) et montrent le peu de confiance réciproque entre les associés.

 

Toujours est-il que le 15 juin 2013, les 4 restantes (GLdF, GL-AMF, GLTSO, GLIF) ont signé un "traité" mettant en place cette confédération à 4, dont les principes sont l'indépendance de chaque obédience constitutive, l'interdiction de la mixité, l'absence d'harmonisation des intervisites avec les autres obédiences, et une série d'autres principes (7) à respecter. Il faudra examiner la réalité d'un contenu. Mais, manque (pour le moment?!?) ... ne fut-ce qu'un signe positif concret des "5 étrangères", sinon quelques encouragements à base d'auto-justifications, dont d'ailleurs aucun représentant n'a, semble-t-il, été présent à la signature du traité de cette nouvelle confédération (CMF).

 

Et puis, dès le 1 août 2013, la GLTSO a fait un pas de côté, s'éloignant de la CMF, ce qu'elle confirmera en s'abstenant de signer les statuts et règlement de la-dite CMF le 14 novembre 2013. En conséquence la GL-AMF se retrouve en quasi face à face avec la GLdF, dans un système qui se contracte et s'enquiste progressivement (le terme ne plait apparement pas), dont la dynamique disparaît peu à peu, et où probablement les transfuges vers les pôles (GLNF et GOdF) vont aller croissant, d'où la nécessité d'une enveloppe de contention. La capacité de nuisance de cette "perturbation du climat maçonnique français" (cf les mots de Ravel en 1960) qui avait été mise en place à la faveur de la dislocation de la GLNF disparaît bel et bien. La RPMF semble se réaliser à l'inverse du souhait de ceux qui en furent à l'origine.

 

L'autre hypothèse est celle d'un tripode maçonnique: d'une part la maçonnerie anglo-saxonne, avec la GLNF, impressionnante avec ses multitudes, en diminution certes, mais toujours là. A l'autre bout de l'échiquier, les maçonneries libérales/adogmatiques, avec notamment le GOdF et le CLIPSAS, dont les obédiences connaissent plutôt une progression. Et enfin, des non-alignés, peu nombreux, autour de la GLdF. Est-ce que cela tient la route?

 

En tout état de cause, en juin 2013 paraissait, dans "Masonry Today", le "The future of freemasonry", étude extérieure commandée par la GLUA, et publiée sur son site. Il n'y est pas fait mention de l'obligation de croire, même si c'est probablement sous-entendu, ni d'aucune spiritualité. Mais bien d'engagement personnel, pour sa famille, et surtout pour la société. Les thèses sociétales sous-tendues par ce document, sont par beaucoup de côté très proches des préocupations des maçonneries libérales/adogmatiques, tels que le GOdF ou le GOB. Et de fait ce document est très éloigné des préoccupations principales des maçonneries qui se disent spiritualistes tels que la GLdF ("Jésus, grand initié" ) ou la GLTSO.

La recomposition d'un paysage FM européen, qui se réalise progressivement et depuis longtemps sous nos yeux, sera plus complexe qu'il n'y paraît.

 

En tout état de cause la GLUA, avec ses soeurs d'Écosse et d'Irlande viennent de reconnaître à nouveau la GLNF ces 5, 11 et 12 juin, laissant à quai, à la fois la GLdF, la GL-AMF, mais aussi et surtout les 5 continentales, confirmant à la fois qu'il n'a jamais été dans leur intention d'abandonner la GLNF (ce qui me semblait resortir dans le document même de rupture) et ne laissant aucun mot pour les 5 continentales, ce qui confirme qu'elles ont agi sans son accord, à tout le moins son acquiescement.

 

Je pense donc que ceux qui se disent "réguliers" et cherchent la reconnaissance anglaise, s'épient et pas seulement pour fraterniser! Ils sont trois dans une singulière configuration. Un étonnant face à face GL-AMF et GLdF, et ce duo se heurtant à la GLNF, qui, seule et à terre, se relève tout compte fait assez vite, et n'oubliera pas ceux qui essayent de lui ravir sa place à la faveur de sa faiblesse. A l'extérieur se trouve la "bande" des 5 continentales, dont leur propre dynamisme s'essoufle, qui brouille les pistes, mais pour combien de temps encore, face à la marée "régulière et reconnue" laquelle s'interroge de plus en plus sur le bien fondé de l' appel de Bâle". Dans cette perspective, notons la présence officieuse de "dignitaires" allemands et l'envoi d'un message de sympathie de la Grande Loge Alpina à la fête du Centenaire de la GLNF de décembre 2013.

 

Et cela fera beaucoup de tort à la Franc-Maçonnerie qui se dit "de tradition", beaucoup de tristesse et de désillusion chez de très nombreux membres.

 

La sortie du 11 septembre 2013 de Derek Dinsmore montre une fois de plus la subtilité du jeu anglais, qui va leur permettre de sortir indemne de ce "jeu" continental cruel pour bien des maçons, tout comme en 1959.

 

 

 

 

Une petite histoire sur la "régularité" de la Grande Loge de Londres de 1717 et l'obligation de croire en la divinité:

 

 

"In matters of religion an errant infidel & loud scoffer. Professes himself a godfather to all monkeys, believes nothing of a future state, of the scriptures, of revelation. He perverted Duke of Montagu, Richmond, Lord Pembroke, and very many more of the nobility, who had an opinion of his understanding; and this has done an infinite prejudice to Religion in general, made the nobility throw off the mask and openly deride and discountenance even the appearance of religion, which has brought us into that deplorable situation we are now in, with thieves and murderers, perjury, forgery, etc. He thinks there is no difference between us and animals; but what is owing to the different structure of our brain, as between man and man." (écris par le Dr William Stukeley (1687-1765), qui est devenu FM en 1721.).

 

Il est question dans ce petit texte de Martin Folkes, mathématicien, un ami de Newton, membre de la Royal Society depuis 1713 dont il sera président en 1741. Il se moquait ouvertement de la religion, de la croyance, portant, selon Stukeley, un préjudice infini à la religion, et amenant les Grands Maîtres à la perversion.

Il sera Député Grand Maître de la Grande Loge d'Angleterre en 1724 (c'est à dire celui qui dirigeait effectivement la Grande Loge au nom du Grand Maître!), membre de l'Académie française, etc. Une loge de la GLUA porte son nom ...

 

A titre de parallèle, Stukeley le traiterait peut-être aujourd'hui de "crypto-communiste" (je reprends l'expression de Davidson, reprise dans le document "Livre blanc 1960 Pays-Bas") ... c'est à dire fréquentant les mêmes bas-fonds maçonniques que le Grand Maître du GOdF actuel :-D

 

Bref relativisons le XVIIIème siècle maçonnique ...

 

Les choses ont bien changé depuis ... la fusion des deux Grandes Loges rivales, donnant une GLUA théiste en 1813 !!!

En effet, la vieille Grande Loge de 1717 était vaguement déiste, c'est celle des "modernes", de Martin Folkes, Desaguliers, Anderson, Montesquieu, ...; alors que la plus récente, celle de 1751 était franchement théiste, c'est celle de "Dermott" ou des "anciens". Leur rivalité était telle qu'il y avait interdiction d'intervisite, chacun se déclarant les seuls vrais ("reguliers?!") et les autres faux ("irréguliers?!"). Les choses ont-elles vraiment changé aujourd'hui ?

 

 

 

 

 

Article précédent.

 

Rédigé par

Commenter cet article