A retarder les choix, l'être + le néant !

Publié le 14 Octobre 2012

 

Ne pas choisir, c'est encore choisir ! Mais c'est aussi un mensonge. « Il n'y a pas d'amour autre que celui qui se construit, il n'y a pas de possibilité d'amour autre que celui qui se manifeste dans un amour » (L’existentialisme est un humanisme. JP Sartre.)

 

L'heure pour la GLdF, non pas de choix véritables, ils sont passés, mais des déchirements et des mensonges sur des mensonges est probablement arrivé.

Les leçons du passé ont été jetées aux ordures, sus à celles et ceux qui osent les ramasser de leur décharge. Ils sont à l'image de ce contenant, le contenu étant passé en pertes et profits.

 

Quand Richard Dupuy rompit avec le GOdF, ce n'était sans doute pas vraiment de sa volonté, mais du travail de sape engagé par ses prédécesseurs, et certainement Georges Hazan, celui avant lui, que l'on retrouvera rapidement à la GLNF ... Ils laisseront derrière eux une maçonnerie belge déchirée!

 

De même, si rupture il y a cette année entre la GLdF et les maçonneries libérales, dont l'ensemble des maçonnerie féminines, ce sera sans doute moins l'oeuvre d'un Marc Henri, que des Alain-Noel Dubar ou Alain Graesel. Mais ils seront cette fois probablement fort peu suivis.

 

Cependant, tant Richard Dupuy, que peut-être Marc Henri, seront ceux que nous retiendrons dans ces farces contraires aux fondements même de la franc-maçonnerie.

Et pour quel résultat ? Pour un résultat absolument contraire à leurs attentes. Il y a là comme un entêtement d'enfant gâté devant une sucrerie qu'ils n'arrivent pas à atteindre et à qui on avance un petit marche-pied tout à fait insuffisant, accroissant leur angoisse et leur désir : « la preuve, nous sommes déjà plus haut ... » (le syndrome du chiffon rouge)

 

 

Et pourtant les multiples signaux sont là, le saint-graal (reconnaissance d'une régularité à l'anglaise) ne sera pas pour eux :

 

Le voyage qu'avait entrepris les deux GM de la GLNF et de la GL-AMF aux États-Unis en février 2013 (Conférence des Grands Maîtres) fut fort intéressant. Ils avait tâté des dispositions amicales (?) des américains à leur égard. Gageons qu'avec leur pragmatisme, ces derniers avaient proposé sinon voulu imposer la fusion des deux obédiences, ce qui aurait remis complémentairement dans le droit chemin (selon eux) le SCPF (Suprême Conseil Pour la France).

 

Il faut en effet souligner que la différence en terme de "régularité à l'anglaise" entre les deux obédiences symboliques (GLNF et GL-AMF) est nulle, et donc objectivement il n'y a aucune raison d'avoir deux obédiences séparées.

Le GM Jean-Pierre Servel de la GLNF avait dû y être favorable (en tout cas sa politique tendait vers cela), et le GM Alain Juillet de la GL-AMF y aura fait des sourires contraints, compte tenu de sa relation déjà bien engagée avec la GLdF, dont il a du vraisemblablement s'expliquer (d'autant qu'en 2001-2002, la GLdF s'était présenté aux américains sous un jour qui n'était pas exact, provoquant une crise de confiance grave avec ces derniers). (Voir également ici)

 

Il me semble que le GM Servel, avec un peu de doigté, était sur le velour car dirigeant l'obédience "légitime", tandis que le GM Juillet devait faire montre d'une grande capacité diplomatique, quelque peu désespérée, car à la tête d'une obédience scissionnaire (ce qui ne doit pas plaire aux américains), et ce, malgré le soutien qu'il espère des deux Suprêmes Conseils américains.

Un certain Semper-fi, apparemment un ancien proche d'Alain Juillet, dont les analyses sont forts intéressantes, confirme dans sa tribune libre publiée sur "Myosotis Dauphiné-Savoie" son analyse: "... ce n'est pas la reconnaissance que la GLAMF est allée chercher aux États Unis, mais bien le soutien des Suprêmes Conseils américains. C'est un peu le côté VRP du Rite !!! Mais c'est une fausse polyvalence."

 

 

[Le nom de "Semper fi" fait évidemment penser à la loge Semper Fidelis, n°20, de la GLNF, créée en 1924 à partir de "Unity n°15" et qui se réunira dans des locaux appartenant à la "British and American orphanage" (Orphelinat anglo-américain), situés sur le boulevard Bineau à Neuilly sur Seine. Ces locaux deviendront pour un temps le siège de la GLNF. Le nom est emprunté à une loge de la GLUA qui avait traduit en français le rite anglais de type émulation.]

 

En effet, un certain nombre de Grandes Loges américaines n'ont que suspendu leurs relations avec la GLNF, et n'ont pas rompu. C'est en conformité avec la proposition émise lors de la Conférence des Grands Maîtres à Atlanta en février 2012.

 

 

... Et c'est très exactement ce qui s'était passé en ce mois de février 2013! En substance: La GLNF est en progrès, le territoire français n'est pas ouvert, la GL-AMF doit retourner au sein de la GLNF.

Quelque part, c'était un coup de semonce très explicite dans la construction de la confédération autour de la GLdF, et les discussions tous azimuts allaient certainement avoir lieu ... dans le silence!

 

Le message du 3 avril 2013 du GM JP Servel de la GLNF allait dans ce sens, celui du constat de "la stabilisation de nos relations internationales" : en clair plus de détérioration, les contacts informels pouvaient à nouveau servir à construire, les relations formelles subsistantes allaient s'approfondir. (voir ici)

 

La re-normalisation progressive des relations était incrite dans l'avenir. Et en effet, le Grand Orient du Brésil, une obédience de grande taille (environ 4 fois les 5 continentales réunies de l'appel de Bâle) renoua ses relations officielles le 30 avril 2013 avec la GLNF. C'était tout à fait significatif. Dans la foulée, la GL de Washington DC fera de même (mai 2013). Le retour à la normale pour la GLNF était clairement amorcé et plus vite que ce que les commentateurs pensaient!

D'autres ont suivi et, in extremis, pour la fête des 100 ans du vendredi 6 décembre 2013, trois nouvelles s'y étaient jointes et pas des moindres: la GL de Pennsylvanie, la GL d'Ontario (Canada) et la GL du Portugal.

 

L'interview de Jean-Pierre Servel, GM de la GLNF, paru de FM Mag n°26 (sept 2013) montre que le mouvement ne s'arrête pas. Il ne reste plus qu'une vingtaine de GL qui n'ont toujours pas repris le chemin de la reconnaissance (par rapport aux >120 qui reconnaissent la GLNF), et parmi elle la GLUA. Mais il confirme ce que l'on soupçonnait, des discussions sont en cours avec cette dernière.

 

Soupçons confirmés par le Grand Chancelier de la GLUA (installé en décembre 2012), Derek Dinsmore, dans une communication du 11 septembre 2013 (traduction française ici) où il constate également les progrès de la GLNF. Mais il va plus loin, puisqu'il cite les contacts des 5 GL continentales avec la nouvelle Confédération (CMF) pour immédiatement soulever trois points essentiels: les 5 GL continentales et la CMF ne discutent pas avec la GLNF ce qui lui semble anormal, et les 4 ou 3 (selon que l'on y compte ou non la GLTSO) Grandes Loges de la CMF ne rencontrent pas les critères de reconnaissance de la GLUA, alors que c'est le cas de la GLNF laquelle devra attendre encore pour sa re-reconnaissance. Et enfin, pas d'ingérence en France, ce qui ressemble à une mise en garde aux "5 continentales".

Une manière de remettre la GLNF au centre du jeu des GL qui se disent "régulières" et qui recherchent le saint-graal de la "reconnaissance" anglaise.

Mais ce fut pris pour un encouragement par les membres de la CMF: on les citait dans le communiqué! La belle affaire, le syndrome du chiffon rouge.

 

Notons qu'il ne s'agit pas d'une communication du "Board of General Purposes", organe de décision de la GLUA, mais de la note préparatoire du nouveau Chancelier. C'est dans ces détails que le savoir-faire britannique se révèle! Le Board du 11 septembre se contente lui de rappeler ma(dé)licieusement les règles à suivre pour la reconnaissance, entre autre: "a personal belief in TGAOTU is an essential Landmark in Freemasonry."

 

La sortie "officielle" de la GL de Turquie, présente à la fête des 100 ans, ne dit pas autre chose: rien ne se fera au niveau de la CMF sans l'accord explicite de la GLNF.

 

Vient ensuite le communiqué de la « bande des 5 continentales » de janvier 2014, transmis aux intéressés ... par voie de presse .    Quel procédé!

Ce dernier feu (?) en forme de justification, semble avoir été tiré juste après la réunion des GL "régulière" à Genève de juin 2013 où la GLNF était présente.

Quelques braises de GM en fin de mandat, auraient donc produit ce communiqué le 29 janvier 2014. Ils lâchent la GLdF avec laquelle ils avaient pris accord pour déclarer leur RPMF en 2012 sur les décombres de la GLNF, en lançant au vent des bons et des mauvais points, c'est tellement facile. Le communiqué de Derek Dinsmore a fait son effet. Cela devient pathétique et surtout, sans courage ni fraternité, d'autant qu'un message sous-jacent émerge: "SCPF et GL-AMF", renforcez-vous !

 

La question qui se pose aujourd'hui est donc double : pas tellement de savoir si la "bande des 5 GL continentales de l'appel de Bâle" va se fissurer, mais bien quand et lesquels (si ce n'est déjà fait; ce qui semblerait le cas pour la GLRB, en toute logique, compte tenu de sa proximité avec le GO-PB et de la GLUA !).

On a un début de réponse avec la présence, quasi officielle (!), de membres importants des Grandes Loges Unies d'Allemagne aux fêtes du centenaire de la GLNF le 7 décembre 2013 (information doublement importante puisque le SC souché sur cette GL est partie prenante de la Confédération des SC européens créée à l'initiative du SCPF! Quel brol !!!).

 

D'autre part, jusqu'à quand le SCPF va-t-il soutenir la GL-AMF au risque de disparaître ? Le choix est devenu cornélien !

 

 

 

Arrive la Conférence des Grand Maître de février 2014 de Baltimore. Les choses se précisent clairement (rapport provisoire) : « It appears that the administrative problems within the Grand Lodge Nationale de Françoise (GLNF) have been resolved. Other constitutional changes will be voted on in April of 2014. In the 2012 report of the Commission, it stated that a 'reasonable course of action to consider is to suspend fraternal relations with GLNF'. Based on the resolution of the administrative problems, member Grand Lodges may desire to reconsider that suspension."

« Il apparaît que les problèmes au sein de la GLNF ont été résolus. Des modifications à leur Constitution seront votées en avril 2014. Dans le rapport de 2012, il y était proposé qu' une solution raisonnable était de suspendre les relations fraternelles avec la GLNF. Considérant la résolution de leurs problèmes internes, les Grandes Loges peuvent reconsidérer cette suspension."

 

[Ajout dans le rapport officiel] : The Commission would also extend its thanks to the five central European Grand Lodges (Germany, Netherlands, Luxembourg, Switzerland and Belgium) for their efforts to help resolve the issues in France.»

La Commission voudrait étendre ses remerciements aux 5 Loges d'Europe centrale (Allemagne, Pays-Bas, Luxembourg, Suisse et Belgique). »

 

Contrairement au compte rendu officieux délivré dans le décours de cette réunion, le rapport officiel (sorti le 2 mai 2014) y a réservé une place à la « bande des 5 continentales ». Cette Commission est tellement bien au courant, qu'elle s'est trompé dans l'énumération des "5" en remplaçant l'Autriche par les Pays-Bas ....  Bref du n'importe quoi, mais le chiffon rouge est à nouveau agité devant les yeux enfantins et gourmands de la GLdF.

Belle ingérence !

 

 

Vient la re-remise au point du Board of General Purposes de la GLUA (Anthony Wilson) concernant la GLNF, du 12 mars 2014 :

«The Board has continued to monitor the situation and I believe it would be useful for Grand Lodge to receive an update on the subject. The Board has been encouraged by the progress being made in restoring peace and harmony within the GLNF. A special meeting will be held in April at which the members of the GLNF will be invited to approve significant changes to their Constitution and Rules, which will return power to the Grand Lodge and its members. If those changes go through, the Board believes that it would be possible to consider restoring recognition to the GLNF in the near future. The Grand Lodges of Ireland and Scotland are of the same opinion. »

« Le Bureau a continué à suivre la situation et je crois qu'il est utile, pour la Grande Loge, de recevoir une mise à jour à ce propos. Le Bureau est encouragé par les progrès réalisés par la GLNF dans le but de restaurer la paix et l'harmonie en son sein. Une réunion spéciale des membres sera organisée en avril à la GLNF afin d'approuver des modifications significatives de leurs Constitutions et Règlements dont le principe est la restitution de l'Autorité à la Grande Loge et à ses membres. Si ces modifications se réalisent, le Bureau estime qu'il sera possible d'examiner la restauration de la reconnaissance de la GLNF dans un futur proche. Les Grandes Loges d'Irlande et d'Écosse partage la même opinion. »

 

On ne saurait être plus clair, et là, plus aucune allusion à la GLdF ou à la CMF.

Et bien entendu, les modifications de statut de la GLNF furent votées dans un score "stalinien" le 12 avril 2014.

 

Si le 12 avril, la GLNF prenait le chemin du bercail, les premières crispations de la GLdF devenaient apparentes dès le 14 avril 2014 avec son courrier à l'IMF (Institut maçonnique de France) signifiant son retrait de l'Insitut. Dispute de personnes, malaise profond au sein de la GLdF. Cela ne présage rien de bon!

 

Article suivant.

Article précédent.

 

 

Quelque part en Afrique centrale.

Quelque part en Afrique centrale.

Rédigé par Christophe

Commenter cet article